Objectif Lune. partie 2 : On a marché sur la Lune (et vers le futur)

par Xavier Lo Bono | 13 janvier 2021


Suite et fin de cet article consacré à la conquête de la Lune à travers les articles d’époque de Paris-Match. la première partie est accessible sur ce lien. Qu’est-ce que cette course à la Lune a engendré ? les retombées, qu’elles soient scientifiques ou économiques. Ce que cette compétition à coup de milliards de dollars a pu apporter concrètement aux populations du monde entier.

Le jour-j

Depuis maintenant une vingtaine d’années , plus précisément à partir des années 50, et dans tous les pays économiquement riches, la télévision se démocratise à une vitesse fabuleuse. Alors qu’on ne comptait que 30 000 postes au États-Unis en 1947, les ventes explosent en 1952 avec près de 4 millions de foyers américains équipés.

l’engouement pour ce nouveau support de communication est mondial, ce qui amènera la NASA à organiser une des toutes premières retransmissions en mondovision de l’histoire de la télévision, la premiere mondovision fut la retransmission des Beattles “All you need is love” dans l’émission “Our World“.

Ainsi, le 20 Juillet 1969 se sont 36 chaines de télévision du monde entier qui retransmettront 31 heures de direct. L’émission sera suivie par 600 millions d’êtres humains à travers la planète, couvrant environ 20 % de la population mondiale estimée alors à 3,6 milliards d’individus. Cette retransmission figure toujours parmi les 10 meilleurs records d’audience (chiffres bruts) de l’histoire de la télévision. Citons parmi les records :

  • En 1er le mariage du prince William (3 milliards en 2011),
  • Les funérailles de Lady Di (2,5 milliards en 1997)
  • Le concert d’Elvis Presley (1,5 milliards en 1973)
  • Ou encore le match Ali-Foreman  (1 milliards en 1974)

Toutefois, ces données sont à relativiser en fonction de la population mondiale et du nombre de télévision installées dans les foyers pour chacune des années. En tenant compte de ces paramètres, le classement de la retransmission d’Apollo XI devrait probablement remonter.

En 2009, après la vaine recherche des bandes vidéo originales de l’événement, puis l’aveu de les avoir définitivement perdues, la N.A.S.A. annonce qu’une restauration a partir d’enregistrements faits directement sur Terre, et donc de moins bonnes qualités, a été faite pour commémorer le 40ème anniversaire : lien vers les vidéos restaurées.

En 2019, la N.A.S.A. propose d’assister à l’alunissage d’Apollo XI à travers un faux “live” afin de célébrer le cinquantenaire de l’événement. Cette retransmission d’un peu plus de 3 heures est visible ci-contre.

Toujours en 2019, un film réalisé par Damien Chazelle intitulé “First Man“, et un film documentaire “Apollo 11” réalisé par Todd Douglas Miller sortiront dans les salles de cinéma.

10 000 personnes réunies à Central Park le soir de l’événement ( NBC news)
Faux “LIVE” de l’alunissage d’Apollo XI
Les missions suivantes
Quelques ecussons des missions Apollo, y compris les missions 18, 19 e 20 qui ne se sont jamais réalisées.
Apollo XIII, 1995

L’être humain reste assez imprévisible dans ses comportements. mais s’il est une chose qui ne change pas beaucoup, c’est très certainement sa capacité à se lasser rapidement de tout, et les missions Apollo n’y feront pas exception.

Au lendemain des premiers pas de l’Homme sur la Lune, l’effervescence suscitée par l’événement retombe très vite, car l’Amérique du début des années 60 n’a plus grand chose à faire avec celle de 1969 : les américains s’enlisent dans une guerre au Vietnam qui dure depuis 1955 et suscite de plus en plus de controverses. L’assassinat de l’actrice Sharon Tate par des membres de la secte Manson, et qui surviendra quelques jours plus tard, le 9 août accentuera encore ce désintérêt.

C’est une période où l’Amérique fait front sur différents conflits dans le monde, avec par exemple la crise des missiles de Cuba, ou encore le Guatemala. Il n’y aura plus guère que la catastrophique mission Apollo XIII qui relancera un intérêt pour le moins macabre. Une page internet a récemment été créée sur cette mission, et elle permet de revivre en temps réel cette aventure portée au cinéma en 1995 par Ron Howard dans le film éponyme “Apollo XIII“.

L’intérêt pour la Lune diminuant rapidement, la mission Apollo XVII sonnera le glas de cette incroyable décennie (1962-1972). Plus aucun humain n’a remis les pieds sur la Lune depuis le 14 décembre 1972. Fait marquant, ce sera également la seule mission à avoir débarqué un vrai scientifique sur la Lune dans la personne de Harrison Schmitt (37 ans), géologue de formation, et qui finira sa carrière en tant que sénateur du Nouveau-Mexique en 1976.

Aller sur la Lune aura couté cher, près de 25 Milliards de l’époque (environ 150 milliards aujourd’hui) seront dépensés dans ce projet pharaonique. En comparaison, le programme Mariner (1 à 10) dont l’objectif était le survol des planètes proches de la Terre (Mercure, Vénus et Mars) entre 1962 et 1973, n’aura couté que 560 millions (de dollars) , ou plus récemment encore, la mission Rosetta-Philae qui n’aura couté que 1 milliard d’euro entre 2004 et 2016. L’Amérique de Richard Nixon aspire à des préoccupations plus “terre-à-terre”, et souhaite en finir avec les conflits armés dont le Traité de Non-Prolifération des armes nucléaires conclu en 1968, mènera les États-Unis a signé un accord de désengagement nucléaire avec l’U.R.S.S. (1972), puis mettre un terme à la guerre du Vietnam en 1975.

Il faudra attendre 1977, pour que l’Amérique se passionne à nouveau pour les missions Voyager portées par le grandiloquent Carl Sagan, qui saura motiver les foules grâce à sa fabuleuse idée d’un disque de cuivre embarqué sur les sondes, sur lequel figurent des informations essentielles sur l’espèce humaine, et la position de notre planète dans la Voie Lactée. Stephen Hawking dira quelques décennies plus tard, qu’envoyer une carte de la position de la Terre, ou tenter de rentrer en contact avec une intelligence extraterrestre n’est probablement pas à ranger dans la colonne des bonnes idées. Qui jetterai sa clé de maison au beau milieu d’une place publique en centre-ville, avec l’adresse accrochée dessus ?

 

Ce qu’il reste aujourd’hui de l’année 1969
Perceuse lunaire fabriquée par Black & Decker
Intel 8080 (successeur du 4004, 1971), produit à partir de 1974. Il sera pendant des années le favoris des bidouilleurs en informatique. Le premier ordinateur public à être fabriqué avec ce microprocesseur sera l’Altair 8800 qui ne servait alors qu’a faire des opérations binaires (0 et 1) a l’aide d’interrupteurs.

Nous venons de le voir, 1969 reste une année charnière du XXème siècle, beaucoup d’événements majeurs qui font encore écho aujourd’hui, se sont déroulés cette année-là. De grands bouleversements dans les sociétés s’opèrent, outre les premiers pas de l’Homme sur notre satellite, nous pouvons citer :

  • Woodstock accueille 500 000 festivaliers (15 – 17 août)
  • Arafat accède à la présidence de l’OLP (4 février)
  • Premier vol du Concorde à Toulouse (2 mars)
  • NON à la réforme du sénat en France ( 27 avril), démission de De Gaulle (28 avril)
  • Mouammar Khadafi prend le pouvoir en Lybie (1er septembre)
  • Décès d’ Ho Chi Minh (2 septembre)
  • ARPANET, ancêtre d’internet, établit la première connexion de l’histoire et envoie “login” (20 octobre)
  • La peine de mort est abolie en Grande-Bretagne (18 décembre)

Nous le voyons, des changements profonds se produisent dans grands nombres de pays, dont les répercussions se font encore sentir aujourd’hui. La liste ci-dessus n’est pas exhaustive et serait bien trop longue à énumérer. Cependant de tous de ces faits historiques, gageons que le seul qui traversera les temps, et dont l’humanité se souviendra pendant des décennies, voire des siècles, sera les premiers pas de Neil Armstrong sur la Lune le 20 Juillet 1969, événement  comparable à Christophe Colomb découvrant l’Amérique, un certain 12 Octobre 1492.

Les sociétés changent dans presque tous les pays, mais une révolution est en marche. Cette révolution est née avec la recherche spatiale, un nombre important de nouveaux matériaux furent découverts durant cette période. comme le mentionnent Jean-François Clervoy et Frank Lehot dans leur « Histoire de la conquête spatiale » (Éditions De Boeck). Citons par exemple, la lyophilisation, les textiles ignifugés ou encore certains polymères et élastomères thermoplastiques dont l’industrie des chaussures de sport profiteront. Les retombées sont multiples, et sont toujours exploitées cinquante ans après dans l’alimentaire ou encore dans le monde médical (hospitalier).

Une autre révolution qui concerne tous les pays du monde, va se dérouler en parallèle et qui profitera également à la N.A.S.A. : c’est la révolution de l’informatique avec l’émergence des premiers circuits intégrés depuis 1958 (par Jack Kilby), pour aboutir en 1969 au premier microprocesseur inventé dans les laboratoires d’INTEL par Marcian Hoff.

Dans les années 1974-1975, deux jeunes de 19 ans, enfants de la conquête spatiale, voient débarquer dans le domaine public les puces au silicium, résultat de l’intégration galopante du nombre de transistors au sein d’une même puce, augmentant proportionnellement la puissance de calcul des microprocesseurs, d’où émergera la fameuse loi de Moore, et donnera naissance à la célèbre Silicon Valley en 1971. Ces deux adolescents flairent “la bonne affaire“, et comprennent rapidement qu’il y a un rôle “d’interface” à jouer entre cette nouvelle technologie, et le grand public pour qui les “microprocesseurs”, les “circuits logiques” et les “semi-conducteurs” demeurent des mystères, qui leur sont inaccessibles sans une connaissance pointue dans le domaine. Steve Jobs et Bill Gates ouvriront les portes de l’informatique grand public pour devenir Apple et Microsoft.

Une seringue en élastomère-thermoplastique
Sachet avec aliments lyophilisés pour skipper
Combinaison ignifugée
Articles de Paris-Match.

Nous avons pu avoir l’aimable autorisation de la rédaction de Paris-Match pour vous les présenter.

Comme évoqué plus haut, l’intérêt pour la conquête spatiale est retombé au-lendemain du 20 juillet, le nombre de journaux consacrés aux missions qui ont suivi a donc mécaniquement chuté. Malgré tout, voici les 4 derniers numéros de notre liste dédiés aux missions Apollo (1055, 1057, 1058 et 1072) où figure le numéro historique du 16 août 1969.

Paris-Match 26/07/1969 n°1055

Merci de ne PAS diffuser les photos.

Pour zoomer : sélectionner l’image en cliquant dessus, puis faire un double clic (Windows) et maintenir le touche “Alt” enfoncée tout en déplaçant l’image. cliquer ailleurs pour sortir de l’image.

Paris-Match 09/08/1969 n°1057

Merci de ne PAS diffuser les photos.

Pour zoomer : sélectionner l’image en cliquant dessus, puis faire un double clic (Windows) et maintenir le touche “Alt” enfoncée tout en déplaçant l’image. cliquer ailleurs pour sortir de l’image.

Paris-Match 16/08/1969 n°1058

Merci de ne PAS diffuser les photos.

Pour zoomer : sélectionner l’image en cliquant dessus, puis faire un double clic (Windows) et maintenir le touche “Alt” enfoncée tout en déplaçant l’image. cliquer ailleurs pour sortir de l’image.

Paris-Match 22/11/1969 n°1072

Merci de ne PAS diffuser les photos.

Pour zoomer : sélectionner l’image en cliquant dessus, puis faire un double clic (Windows) et maintenir le touche “Alt” enfoncée tout en déplaçant l’image. cliquer ailleurs pour sortir de l’image.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© SOCIETE ASTRONOMIQUE DE TOURAINE 2020 – Tout droit réservé