Objectif Lune. partie 1 : la conquête de l’espace

par Xavier Lo Bono | 12 Janvier 2021


Le 18 février prochain aura lieu un nouvel épisode de la conquête de Mars avec l’arrivée du tout nouveau véhicule martien de la NASA : Perseverance. Frère jumeau de Curiosity, le cadet aura le privilège d’avoir reçu les toutes dernières technologies et en prime un drone qui sera (presque) autonome.

Mais, si tout semble aller pour le mieux pour l’agence spatiale américaine, cela n’a pas toujours été vrai par le passé. A l’occasion du 60ème anniversaire le 12 avril prochain, du premier vol habité dans l’espace, événement déclencheur d’une compétition technologique entre 2 superpuissances, qui emmènera Neil Armstrong sur la Lune, la S.A.T. vous propose de revenir sur cette course à travers une rétrospective avec les articles d’époque de Paris-Match.

La genèse.

Le 20 Juin 1944 reste officiellement la date qui marque le début de la conquête spatiale. Ce jour-là, l’Allemagne nazie lance pour la première fois un missile V2 dépassant la mésosphère 1 , atteignant ainsi la vertigineuse altitude de 100 km, distance définie par la F.A.I. (Fédération Aéronautique Internationale) comme étant la limite entre l’atmosphère terrestre et l’espace.

L’espace n’est qu’à quelques encablures.

A la fin de la guerre, sentant que son avenir scientifique est compromis en Allemagne, Wernher Von Braun un des dirigeants scientifiques à la tête du programme de recherche sur les missiles V1 et V2, prend la fuite et se rend aux forces armées américaines avec une centaine des meilleurs ingénieurs allemands de l’époque (opération Paperclip). Ils seront affectés quelques mois plus tard à la base de Fort Bliss (Texas) et poursuivront la recherche sur les missiles balistiques A9 et A10, qui font partis du projet Aggregat d’où le fameux V2 (A4) est issu.

Von Braun le 3 mai 1945, juste après s’être livré à l’armée américaine. (Wikipédia)

29 Juillet 1958, la NASA voit officiellement le jour, Von Braun est nommé directeur de recherche pour les vols spatiaux (Section Marshall) d’où sortiront tour à tour les lanceurs Atlas (programme Mercury), Titan (programme Gemini) et la désormais célèbre Saturn V (programme Apollo).

Missile V2 (Wikipédia)
Pendant ce temps en union soviétique.

3 ans après, le 12 Avril 1961, un soviétique, Youri Gagarine émet depuis l’espace. Il accomplira un tour complet de la Terre, ce qui l’amènera à survoler l’Amérique et son vol durera 1 h 48 min, propulsé par Vostok 1. En pleine guerre froide, ce premier vol habité par un être humain sera pris comme un affront et un viol de l’espace aérien américain. Un mois après, les soviétiques font encore une avancée, et survolent Vénus le 19 Mai 1961 avec la sonde Vénéra 1.

Carte postale commémorative (vikidia)
Youri Gagarine (wikipédia)

Il n’en faudra pas plus aux américains pour relever le défi de la Lune à travers un discours devenu célèbre, le “Moon speech“, prononcé par J.F Kennedy à l’université de Houston (Texas) le 12 Septembre 1962. Il s’en suivra tous les programmes que nous connaissons, déjà cités plus-haut : Mercury, Gemini et Apollo qui doivent mener les premiers Hommes à marcher sur la Lune.

La course.
Couverture du “Time” le 3 Février 1967

Alors que la toute fraîche NASA semble marquer le pas sur la conquête spatiale, les soviétiques enchainent les succès, tandis que les américains accumulent les échecs et les pertes (  : Crash à l’atterrissage du T-38 tuant l’équipage originel de Gemini 9, ou encore le : un feu a eu raison de l’équipage d’Apollo 1 durant un entraînement dans leur capsule).

Pendant ce temps, le 16 juin 1963, c’est au tour de Valentina Terechkova d’être la première femme (soviétique) à faire un vol spatial. La “success story à la soviétique” ne s’arrête pas là, forçant les américains à accélérer les programmes de recherche, car en réalité, les soviétiques seront les premiers à poser un engin à la surface de la Lune le 3 février 1966 avec Luna 9 , mais pas d’être humain à bord. Officiellement la mission avait pour objectif de faire une reconnaissance du sol lunaire.

Y. Gagarine et V. Terechkova (RTL)
Venera 1
Articles de Paris-Match.

La suite de cette épopée est décrite à travers les articles de Paris-Match que nous avons pu réunir, puis scanner. A une époque où les photos venues de l’espace étaient vues comme des trésors,  des clichés extraordinaires, témoins directs d’une période de l’histoire où la science ne semblait rencontrer aucune limite à l’imaginaire, et à l’engouement des Hommes pour la conquête spatiale. Le style des articles, lui aussi correspond bien à son époque, et les tournures de phrases appartiennent déjà au siècle dernier.

Nous avons pu avoir l’aimable autorisation de la rédaction de Paris-Match pour vous les présenter. Il s’agit des 9 numéros suivants:

  • 873 du 1/01/66
  • 876 du 22/01/66
  • 1027 du 11/01/69
  • 1049 du 14/06/69
  • 1053 du 12/07/69
  • 1055 du 26/07/69
  • 1057 du 9/08/69
  • 1058 du 16/08/69
  • 1072 du 22/11/69

Cette première partie vous permet de découvrir les 5 premiers numéros (873, 876, 1027, 1049 et 1053). N’oubliez pas de vous abonner à la newsletter afin d’être averti lors de la parution des 4 derniers numéros, ou de revenir régulièrement sur astrotouraine.fr .

Paris-Match 01/01/1966 n°873

Merci de ne PAS diffuser les photos.

Pour zoomer : sélectionner l’image en cliquant dessus, puis faire un double clic (Windows) et maintenir le touche “Alt” enfoncée tout en déplaçant l’image. cliquer ailleurs pour sortir de l’image.

Paris-Match 22/01/1966 n°876

Merci de ne PAS diffuser les photos.

Pour zoomer : sélectionner l’image en cliquant dessus, puis faire un double clic (Windows) et maintenir le touche “Alt” enfoncée tout en déplaçant l’image. cliquer ailleurs pour sortir de l’image.

Paris-Match 11/01/1969 n°1027

Merci de ne PAS diffuser les photos.

Pour zoomer : sélectionner l’image en cliquant dessus, puis faire un double clic (Windows) et maintenir le touche “Alt” enfoncée tout en déplaçant l’image. cliquer ailleurs pour sortir de l’image.

Paris-Match 14/06/1969 n°1049

Merci de ne PAS diffuser les photos.

Pour zoomer : sélectionner l’image en cliquant dessus, puis faire un double clic (Windows) et maintenir le touche “Alt” enfoncée tout en déplaçant l’image. cliquer ailleurs pour sortir de l’image.

Paris-Match 12/07/1969 n°1053

Merci de ne PAS diffuser les photos.

Pour zoomer : sélectionner l’image en cliquant dessus, puis faire un double clic (Windows) et maintenir le touche “Alt” enfoncée tout en déplaçant l’image. cliquer ailleurs pour sortir de l’image.


L’ensemble des dizaines de milliers de photos prises par les diverses missions Apollo sont consultables en ligne sur une page créée par la NASA, et qui leur sont dédiées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© SOCIETE ASTRONOMIQUE DE TOURAINE 2020 – Tout droit réservé