4 ans après la mise en réseau des caméras FRIPON, un premier bilan encourageant pour la S.A.T.

La Société Astronomique de Touraine (SAT) est signataire d’une publication du réseau FRIPON de détection de bolides

En octobre 2020 est paru un article de la revue Astronomy & Astrophysics intitulé « FRIPON : a worldwide network to track incoming meteoroids » (FRIPON : un réseau mondial pour suivre les météoroïdes entrants) de F. Colas et al. (2020)

Pour lire l’article :

https://www.aanda.org/articles/aa/full_html/2020/12/aa38649-20/aa38649-20.html?fbclid=IwAR0HjC8EaF5rX1r8OgNwSR5hbw5YSY-EfzUhHPINOzLcYgHEguWKSu_Z4-E

Résumé de l’article :

Jusqu’à une période récente les réseaux de caméras destinés à détecter les bolides* entrant dans l’atmosphère n’étaient pas totalement automatisés. Par conséquent, dans le cas d’une chute de météorite*, la campagne de recherche était rarement immédiate, ce qui était un facteur limitant car les météorites les plus fragiles doivent être retrouvées rapidement afin d’éviter leur altération.

Le projet scientifique FRIPON (Fireball Recovery and InterPlanetary Observation Network) fut développé pour surmonter cette difficulté. FRIPON comprend un réseau de caméras complètement automatisées et de stations de détection radio réparties sur une partie significative de l’Europe de l’ouest et une petite fraction du Canada. Il comprend 150 caméras et 25 récepteurs radio et couvre environ 1,5 millions de kilomètres carrés.

Carte des 3700 trajectoires mesurées à partir des données FRIPON de 2016 à début 2020

La SAT est partie intégrante de ce réseau. Elle dispose d’une caméra reliée à un ordinateur qui envoie en continu ses images au centre de traitement situé à Marseille. La SAT compte également 3 stations de détection radio destinées à la détermination de la vitesse des météoroïdes* et disposera bientôt d’une station radio FRIPON reliée au réseau.

Le niveau d’automatisation du réseau permet de déclencher la recherche au sol d’une météorite quelques heures après sa chute. C’est l’objet du programme VIGIE-CIEL dont la SAT est le relais pour la région Centre-Val de Loire (voir l’information concernant Vigie-Ciel sur ce site).

Les campagnes de recherche ne sont organisées que pour les météorites dont la masse estimée est d’au moins 500 grammes, soit une chute par an en France. En ce qui concerne les météorites de masse moins importante (10 g à 100 g ; environ 3 chutes par an en France) aucune campagne de recherche n’est organisée mais les médias locaux sont informés de façon à prévenir les habitants à proximité de la zone de chute.

Pour l’instant près de 4000 météoroïdes ont été détectés par le réseau FRIPON ; leurs orbites se répartissent en deux groupes : une population cométaire (débris de comètes) et une population astéroïdale (provenant de la ceinture d’astéroïdes entre Mars et Jupiter).

La première météorite a été découverte en Italie à Cavezzo en janvier 2020 après que le météoroïde ait été détecté par le réseau PRISMA qui est une composante du projet scientifique FRIPON.

*Distinguer les termes:

Météoroïde : objet rocheux ou métallique voyageant dans l’espace

Météore : manifestation lumineuse dans l’atmosphère, en particulier lors de la rentrée dans l’atmosphère d’un météoroïde ; étoile filante pour une poussière, bolide pour un objet plus gros

Météorite : objet au sol venant de l’espace et ayant traversé l’atmosphère

Carte du réseau FRIPON fin 2019

Code couleur :

  • 1. Bleu : FRIPON-France, stations optiques.
  • 2. Rouge : caméra optique et récepteur radio.
  • 3. Noir : stations en développement.
  • 4. Vert : PRISMA (Italie).
  • 5. Orange clair : MOROI (Roumanie).
  • 6. Jaune : FRIPON-Belgique/Pays Bas/Allemagne/Danemark.
  • 7. Gris : SCAMP (Grande Bretagne).
  • 8. Bleu foncé : DOME (Canada).
  • 9. Orange foncé : SPMN (Espagne).
  • 10. Rose : radar GRAVES.

Patrick de Luca | 6 décembre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© SOCIETE ASTRONOMIQUE DE TOURAINE 2020 – Tout droit réservé