Les météores d’Auriane, un vrai régal.

Vendredi dernier, dans la salle Senghor du lycée Descartes, c’est tenue la conférence sur les météores assurée par Auriane EGAL doctorante à l’IMCCE dont le sujet de thèse porte sur la détermination des corps parents de ces fameux météores.

Auriane Egal nous a donné des explications  sur les origines des phénomènes lumineux dans l’atmosphère terrestre, plus particulièrement ceux  provoqués par ces petits objets y entrant à très grande vitesse,  ce sont, dans le langage populaire, les « étoiles filantes ». Nous avons donc pu découvrir comment ses phénomènes apparaissaient, ce qui provoquait leur luminescence, nous avons pu comprendre quel était le parcours compliqué de ces poussières issues des comètes et pourquoi la Terre traversait régulièrement ces « essaims » d’étoiles filantes. Nous avons ainsi pu approfondir la nature de ces corps, leur composition,  leur comportement dans l’atmosphère terrestre et les caractéristiques de ceux qui atteignent le sol.

A. EGAL  en a profité pour parler des programmes actuels qui permettent d’étudier ces objets célestes , et notamment du projet FRIPON qui consiste en un réseau national de surveillance du ciel qui grâce à des caméras et des méthodes de triangulation, permet, après beaucoup de calculs, de remonter aux trajectoires de ces corps mystérieux que sont les étoiles filantes. La Touraine s’est équipée d’une de ces caméras et le site retenu  pour sa mise en service est l’observatoire de Tauxigny, il sera donc possible prochainement d’observer le ciel de Touraine depuis son ordinateur, en se rendant sur le site de l’IMCCE (adresse internet à venir). L’objectif est l’organisation de battues pour retrouver ces météorites après détermination du point d’impact calculé. Les scientifiques  pourront alors  analyser ces météorites et  remonter aux caractéristiques du corps parent dont l’identité sera peut-être déterminée dans le cadre des méthodes développées par la thèse d’Auriane EGAL.

Le public s’était déplacé en nombre pour assister à cette conférence organisée par la SAT  grâce à la précieuse participation de Centre-Sciences (CCSTI). Nous avons pu entendre les dernières nouveautés et informations en matières de météorites, le tout fut assuré par une conférencière au discours clair, à la portée de chacun. En fin de séance A. EGAL a pris le temps  de répondre avec un grand plaisir à toutes les questions et interrogations qu’un sujet comme celui-ci peut soulever.

La Société Astronomique de Touraine remercie Centre Sciences, le lycée Descartes, l’IMCCE et Auriane EGAL pour cette conférence très riche d’enseignements. Nous donnons évidement rendez-vous au public l’année prochaine pour l’édition 2016 de la fête de la science.

 

Bogdanov: les « lose » brothers

La justice a rétabli l’ordre! On en attendait pas moins de la part du tribunal qui a finalement débouté les frères Bogdanov de leur plainte contre le CNRS à qui ils réclamaient pas moins de 1,2 m€. Les Bogdanov sont coutumiers des procès et tirent leurs principaux revenus non pas de la recherche fondamentale et de leurs thèses qui n’intéressent plus personne, mais bien des procès qui leurs sont faits ou qu’ils intentent assez régulièrement comme en témoigne encore la toute récente affaire de la « lettre ouverte » parue sur le site de » ciel et espace » pour le procès à l’encontre du cosmologiste et astrophysicien Alain Riazuelo grand spécialiste des trous noirs (vidéo à voir ici) pour avoir repris en parti sur son site les thèses des deux frères, on devine aisément pourquoi. Où s’arrêteront les 2 hommes dans leur course à la notoriété, il semble que rien ne puisse stopper leur soif de reconnaissance et pas même la falsification de documents ou les arrangements avec la vérité et le temps, à « l’image » de Dorian Gray.

 

Article sur le procès contre le CNRS à lire à cette adresse.

 

Ce que vous en pensez

[yop_poll id= »5″]

Sepideh – Un ciel plein d’étoiles

Sepideh-Film-Affiche

Il y a des documentaires qui se suivent en boucle, qui se ressemblent, traitent très souvent des même sujets, surtout en astronomie, nous présentant les mêmes choses mais d’un autre point de vue, avec au final pas plus d’effet que le précédent…

Et puis il y a des OVNI – oui çà existe – qui vous marquent, vous laissent pour longtemps une trace indélébile « Sepideh, Reaching for the Stars » en est un. Il fait parti de ces films documentaires capables de vous prendre aux tripes, de retourner des montagnes, de rendre l’impossible imaginable. Dans un pays où il n’y a pas si longtemps la culture était interdite, où les Ayatollahs étaient les seules sources de savoir et où les traditions sont toujours couvertes d’une chape de plomb concernant le statuts des Femmes; Sepideh fait office de porte-étendard d’une nouvelle génération qui souhaite briser ses carcans, ouvrir les yeux sur le monde et d’une manière plus vaste sur l’Univers des Hommes quelques soient sa couleur de peau et sa religion.

A seulement 16 ans cette jeune iranienne vous emmène avec elle dans cette lutte quotidienne contre la discrimination à la fois sociale des Femmes mais aussi de l’accès à la Culture, la Connaissance et les Sciences. Grace à elle et son incroyable parcours, nous réalisons la chance que nous avons de mettre à la portée de tous le Savoir. Comment vit-on une passion comme l’astronomie en Iran quand on est une jeune fille de 16 ans? Ce documentaire tente d’en apporter une réponse positive et pleine d’espoir pour toute une jeunesse iranienne.

Tres bon film:

L’informatique au secours de l’Histoire

Apollo11_nvidia

Photo Nvidia.

 

Plus de 40 ans après l’exploit de Neil Armstrong, Buzz Aldrin et Michael Collins à bord d’Apollo 11, les détracteurs continuent d’alimenter la pseudo-polémique sur la soit-disante usurpation des premiers pas de l’Homme sur la Lune.

Si les personnes persuadées d’un complot ne manquent pas d’arguments les plus farfelus les uns que les autres, la société « Nvidia Corporation », fabricant mondial de puces électroniques pour le rendu en 3D (Nvidia Quadro) et l’accélération en 3D (Nvidia Geforce) a décidé de mettre en avant sa dernière génération de puce (Maxwell) en prouvant que la célébre photo prise par N. Armstrong montrant B. Aldrin descendant du module lunaire, ne pouvait être un faux.

Aldrin_landing_on_moon

Photo NASA.

 

Nvidia s’est donc appuyé sur sa toute nouvelle génération de puce 3D afin de prouver que les conditions dans lesquelles N. Armstrong a pris cette photo sont caractéristiques de la propagation et la diffusion de la lumière sur la Lune. L’un des arguments que les détracteurs mettaient en avant portait notamment sur le fait que si B. Aldrin était en train de descendre dans l’ombre du module, alors la photo n’aurait pas  pu le faire apparaître sauf si il était éclairé par un projecteur dans un studio de cinéma. Nvidia vient définitivement balayer d’un revers de manche cette idée en prouvant que la diffusion de la lumière sur le sol lunaire et notamment de la combinaison de N. Armstrong agissaient eux aussi comme des sources lumineuses et que par conséquent il était tout à fait normal de « voir » la combinaison de B. Aldrin dans l’ombre du module.

D’autres phénomènes d’ombres et de lumières sont également expliqués et prennent vie en image, comme par exemple le fait qu’aucune étoile n’apparaît en fond dans l’espace. Si les astronomes amateurs versés dans la photographie astronomique comprennent parfaitement ce phénomène, il l’est en revanche beaucoup moins pour le grand public qui peut en effet s’imaginer qu’une grossière erreur s’est produite lors d’une éventuelle mise en scène dans un studio. En réalité, l’erreur auraient été de faire apparaître ses étoiles sur les photos.

Plus de 40 ans après, c’est donc l’informatique qui vient au secours de la vérité scientifique, grace au calcul. Pour la communauté scientifique et les astronomes amateurs cela ne faisait absolument aucun doute, et nous restons admiratif de cet exploit historique qu’ont accomplis trois astronautes dont les noms figurent aujourd’hui au Panthéon des grands Hommes au cotés de Christophe Colomb, Archimède, Galilée, Corpernic, Einstein etc…

Nulle doute que les affabulateurs en tout genre ne tariront pas d’idée pour trouver une autre « preuve » du soit-disant mensonge international. Il y a quelques années, Arte avait réalisé un faux documentaire sur la soit-disante imposture de la NASA et Apollo 11. La chaine Arte n’a jamais caché le fait qu’il s’agissait bel et bien d’un canular, le but du réalisateur William Karel était au contraire de montrer comment, sur la base de documents historiques et d’interviews détournés, il était facile de créer de toute pièce une rumeur. Une sorte de thérapie du « mal par le mal », un documentaire homéopathique en quelque sorte.

La video sur la reconstruction en 3D:

Le faux documentaire d’ARTE:

Fête de la science 2014

 

Fete_de_la_science_2014

Au sein des nébuleuses où elles naissent, la plupart des jeunes étoiles de type solaire sont entourées d’un vaste cocon de gaz et de poussières. Sous l’effet de l’attraction gravitationnelle et de la rotation, ce cocon finit par s’étaler en un disque de matière résiduelle autour de l’étoile. C’est dans ce disque que les planètes se forment…
En étudiant l’environnement des étoiles jeunes grâce aux techniques d’observation comme l’optique adapta- tive et l’interférométrie, ainsi que par la modélisation numérique, les astronomes affinent ce schéma global de formation des étoiles et des planètes.

Gravity

http://www.revistainternet.com.br/wp-content/uploads/2013/12/gravity-banner.jpg

 

Film à grand spectacle, sensations fortes assurées. Le film brille par ses effets spéciaux incroyables, mais ce n’est pas tout puisque le réalisateur a aussi voulu respecter et reproduire au mieux tous les phénomènes physiques que l’on peut trouver en apesanteur et dans le vide, ainsi l’absence de bruit, la sensation d’isolement, mais aussi les incroyables chocs et explosions qui surviennent dans le film donnent à l’ensemble un esthétisme rarement vu au cinéma sur le sujet. On regrettera simplement certains oublis ou petites erreurs – extrêmement minimes – que les regards experts ne manqueront pas d’identifier comme par exemple le fait que les cheveux de Sandra Bullock ne « flottent » pas comme ils sont supposés le faire en état d’apesanteur. L’actrice qui par ailleurs brille véritablement dans son rôle d’astronaute en perdition et qui nous offre quelques magnifiques moments d’une plastique envoutante, reléguant le pauvre George Clooney au statut de second rôle.

http://media.melty.fr/article-1840820-ajust_930/gravity.jpg

Le film prend littéralement aux tripes et on souffre sans problème avec nos naufragés du vide, on se surprend même à être pris au jeu et à penser assez haut « dépêche toi, dépêche toi! » tout en étant cramponné aux bras de notre fauteuil. Vous cherchiez un simulateur? en voici un et celui-là remue fortement!

Sortie DVD le 26 Février 2014.

 

Note artistique: 4/5

Note scientifique: 4/5

Bande annonce: