Encelade est vivant !!

Europe n’est plus seule, le satellite de Jupiter qui était jusque là le seul en théorie à la candidature de la « vie extraterrestre » vient d’avoir un petit frère avec Encelade.

Tout comme Io et Europe, Encelade subit également les forts effets de force gravitationnelle de Saturne. Alors que Cassini (la sonde) nous a révélé la présence de geysers de glace il y a quelques années, c’est maintenant au tour d’une équipe de scientifique de faire des révélations.

Encelade_geysers_contre_jours

Voici ce que rapporte l’article de Futura-science:

« Une équipe emmenée par Luciano Iess (université La Sapienza de Rome) a entrepris de décrire la structure interne de cette lune entièrement recouverte de glace (la température extérieure est en moyenne de -200 °C). Voici ce qu’ils ont observé : « les mesures de Cassini ont montré une anomalie de gravité négative au pôle sud, qui n’est cependant pas aussi grand que la profonde dépression détectée par la caméra à bord », résume le professeur Iess, qui vient de publier les résultats des recherches de son équipe dans la revue Science« La conclusion est qu’il doit y avoir un matériau plus dense en profondeur qui compense la masse manquante : très probablement de l’eau liquide, laquelle est 7 % plus dense que la glace. » Il affirme que « l’ampleur de l’anomalie nous a donné la taille du réservoir d’eau ». Leur enquête a permis de déduire qu’un océan (ou un lac) occupe cette région polaire sous une épaisseur de glace de 30 à 40 km. Sa profondeur atteindrait 10 km.

Encelade_decoupe

À l’instar de Jupiter avec Europe (3.120 km de diamètre), la forte attraction gravitationnelle de la géante Saturne sur Encelade est sans doute à l’origine de cette poche d’eau liquide aussi vaste que le lac Supérieur. Les forces de marée malaxent et chauffent son noyau, de sorte que l’eau est durablement maintenue à l’état liquide. Bien entendu, cela offre de précieux réservoirs à d’éventuelles formes de vie (microbienne ou autre), un abri — ou un havre où y prospérer — de plus, encore inconnus voici dix ans. « La matière éjectée du pôle sud d’Encelade contient de l’eau salée et des molécules organiques, ingrédients chimiques de base de la vie », nous rappelle Linda Spilker, chercheuse au JPL pour la mission Cassini. Ainsi, « leur découverte étend notre vision des « zones habitables » à l’intérieur de notre Système solaire et des systèmes planétaires d’autres étoiles ». La quête ne fait que commencer. »

Notre système solaire est décidément plein de surprise, alors que Curiosity semble tordre définitivement le cou à la vie martienne (même cellulaire) c’est sur Europe et maintenant Encelade que ce tournent les espoirs.

A suivre.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.