Un vol dans l’espace, çà vous tente?

Quel astronome amateur n’a jamais rêvé de passer ne serait-ce qu’un instant dans l’espace en état d’apesanteur, observer la Terre d’en haut, et voir l’espace à travers la pureté du vide? Je vous rassure vous allez pouvoir continuer de rêver!

Vous me voyez navré de briser votre rêve mais à moins d’être à la tête d’une fortune personnelle, d’avoir beaucoup de temps devant vous, d’être dans une forme physique irréprochable et d’aimer les disciplines de fer, ce qui suit ne vous concerne pas, enfin pas directement, vous pouvez tout de même continuer à lire. Si en revanche vous rentrez parfaitement dans toutes les cases alors vous avez une chance de faire parti des prochains chanceux séléctionnés.

Vers l’infini et au-delà!

Cette opportunité c’est ce que se propose de faire la société américaine « Space Expedition Corporation« . A bord de la navette XCORE Lynx Mark-II vous vivrez les sensations d’un astronaute. Le site décrit la procédure: après un décollage typique d’un avion, l’engin se cabrera pour accélérer à une vitesse proche de Mach 3! Arrivé a environ 60km d’altitude les moteurs seront coupés pour entamer le vol en apesanteur d’une durée de 6 min environ, là le cockpit équipé d’une surface en verre de plus de 4m² vous dévoilera l’infini beauté de l’espace mais 6 min çà passe vite quand on veut tout voir et à une altitude maximum d’environ 100km la navette désormais « spatiale », remettra les gaz pour retourner dans l’atmosphère. C’est la deuxième phase délicate pour les estomacs sensibles après l’ascension vertigineuse puisque l’accélération devrait atteindre cette fois 4G (4 fois votre masse), prévoyez donc un léger repas avant le vol. L’atterrissage devrait se passer en douceur puisque la navette est prévue pour voler comme un planeur en décrivant des cercles tout en descendant.

sat_xcore_vol

Le lieu choisi pour effectuer ce voyage inoubliable (sauf si vous perdez connaissance!) est le désert du Mojave, plus précisément au « Mojave Air & Space Port », pour rappel c’est dans cet endroit désertique que Chuck Yeager a pour la première fois le 14 Octobre 1947 franchi le mur du son à bord du prototype Bell X-1. L’atterrissage est quand à lui prévu sur la base spatiale de Curaçao, état autonome du royaume des Pays-Bas ( face au Vénézuela)….dans les caraïbes, c’est donc une distance d’environ 5500km qui sera couverte en 60 min environ.

mojave-curacao

L’entrainement

Le site l’affiche clairement:

entrainement_sxc

 

Qu’on se le dise: l’espace, çà se merite!

Au programme: centrifugeuse, vols zero-G, vols à bord d’un avion de chasse, cours théorique et le top du top (tout dépend évidement du sens qui lui donne), Le simulateur 3,3G Desdemona au Pays-bas:

Inutile d’épiloguer, ceux qui réussiront à passer avec succès l’ensemble de ces tests pourront certainement se compter sur les doigts d’une main.

 

Réservations & Tarifs

Passons aux choses qui fâchent. Sachez tout d’abord que la navette ne peut accueillir que 2 personnes, le pilote et un passager. Dans ces conditions on comprend tout de suite que l’attente risque d’être longue mieux vaut donc commencer à réserver dès maintenant. Vient ensuite le tarif pour vivre une des expérience les plus marquantes de votre vie. Il faudra compter environ 100 000 $ pour décrocher le fameux ticket. Les réservations sont d’ores et déjà en ligne avec les dates et le programme choisi à cette adresse on peut y voir également que les premiers vols intitulés « pionnier » sont prévus pour le 3eme quart 2014, soit cet été. Évidement, « la maison ne fait pas crédit » et il faudra s’acquitter de l’intégralité de la somme 7 jours après la signature du contrat.

 

Nulle doute au final que les rares privilégiés vivront une expérience unique dont Gagarine fut le precurseur 53 ans plus tot, le 12 Avril 1961.

Animation pour le club Astrogatines

Le 9 Mai 2014 la SAT a accueilli une trentaine de membres du club Astrogatines de Charentilly pour une animation autour des télescopes du club.

Après une séance de planétarium sur le thème « L’Univers » la soirée a pu se prolonger par quelques observations.

Autour des instruments, dont les 2 télescopes sous coupoles, Mars, Jupiter, Saturne ont été épiées

Quelques images de cette soirée :

Simulation de l’univers en HD

La puissance des processeurs ne cesse d’évoluer suivant la célèbre loi de Gordon Moore – Cofondateur d’Intel- qui en 1965 avait prédit que l’intégration du nombre de transistors dans une même surface de silicium doublerait au rythme de 18 mois environs, créant ainsi une puissance de calcul exponentielle pour les microprocesseurs; et à quelques exceptions près, Moore ne s’était pas trompé.

Nous devons cette prouesse a 2 supercalculateurs :  SuperMUC (2,9 PFlops – Allemagne) et CURIE (2 PFlops France) et au code de programmation Illustris. La puissance de calcul se mesure en Pflops (péta-Flops) soit des millions de milliards de calculs avec virgule flottante, la ou les processeurs d’aujourd’hui se limitent à quelques milliards de calculs par seconde en virgule flottante, soit un rapport d’environ 1.10E6. Mais ce n’est pas tout car il faut tenir compte du nombre de cœurs par processeurs et du nombre de calculs possibles par cycle (Ghz) pour chaque cœur. On a estimé qu’il aurait fallu environ 2000 ans a un processeur « classique » pour effectuer la même quantité de travail, rien que çà!!!

[ezcol_2third]SuperMUC_supercalculateur[/ezcol_2third] [ezcol_1third_end]SuperMUC[/ezcol_1third_end]

[ezcol_1third]CURIE – TGCC[/ezcol_1third] [ezcol_2third_end]Curie_supercalculateur[/ezcol_2third_end]

 

Grâce à cette évolution informatique que rien ne semble enrayer, Illustris a pu simuler ce qui est certainement la plus belle mais néanmoins réaliste évolution d’une portion de l’univers sur une échelle de 13 milliards d’années, fournissant un niveau de détail jusque là inégalé, mais surtout ce nouveau code a permis de simuler toutes les formes de galaxies connues dans l’univers en tenant compte de la désormais fantomatique matière noire. Le résultat est à couper le souffle, voici cette vidéo a voir en HD si votre connexion vous le permet, sinon cela reste de toute façon magnifique:

Les ondes gravitationnelles d’Einstein chez vous

Beaucoup ont deja entendu parler des projets comme « folding@home » ou encore « seti@home » pour ne citer que les plus connus, pour d’autre ces projets ne signifient absolument rien, alors kézako?

Les projets @home (prononcez [atom]) sont issus de la recherche afin de mener a bien des études ou projets. L’idée est d’une simplicité enfantine: sensibiliser toute personne à un projet scientifique disposant d’un ordinateur afin d’utiliser les ressources inexploitées du processeur. L’un des tous premiers à utiliser ce système fut « folding@home », ce projet installait donc un petit programme sur n’importe quel ordinateur Windows et Mac téléchargeait un morceau de la base de données et calculait toutes les possibilités qu’une protéine avait de se plier « folding » afin de découvrir la résultante pouvant être a l’origine d’une dégénérescence donnant lieu a des cellules malades de type cancer ou autre, et de renvoyer le résultat final vers la base de données créant ainsi un supercalculateur a travers le monde a moindre frais . Bien que lancé en Octobre 2000 ce projet existe toujours, preuve que le nombre de possibilités pour une protéine est gigantesque. ( seti@home quand à lui est un projet qui analyse les émissions radio qui se baladent dans l’espace afin d’y déceler une quelconque forme de vie intelligente, chacun se fera son idée sur le sujet)

Mais revenons à Einstein, ou plutôt le projet « Einstein@home » de quoi s’agit-il? le principe reste exactement le même que pour « folding » sauf que cette fois on cherche à déceler des ondes gravitationnelles.

Que sont ces ondes gravitationnelles? Il s’agirait bien souvent de la combinaison de deux astres hyper massifs tournants l’un autour de l’autre (trou noir et étoiles à neutrons principalement) et dont la « danse » génère des vibrations dans la courbure de l’espace-temps seuls des corps massifs capables d’accélérations phénoménales sont capables de créer de telles perturbations, Einstein en avait prédit l’existence grâce à la relativité générale, d’où le nom du projet. L’un de ces phénomènes a pu être repéré dans la nébuleuse du crabe (rayons X) :

crabe-pulsar

La quête ultime, le calice, serait de déceler ces ondes au niveau du fond diffus cosmologique ce qui serait alors l’une des découvertes majeures de la cosmologie moderne, grâce au satellite « Planck » qui a sondé le fond de l’univers pour nous offrir l’une des plus belles images de l’astronomie moderne que l’on peut aujourd’hui considérer comme « définitive »:

fond_diffus_planck_2013

Les scientifiques pensent pouvoir déceler dans ces fluctuations extrêmement faibles de température des traces de ces ondes gravitationnelles issues du Big-Bang:

ondes_gravitationnelles_planck

 

Carte de polarisation révélant la présence d’ondes gravitationnelles – Observatoire BICEP2 – Mars 2014

Planck devrait fournir une première carte global de la polarisation du rayonnement cosmologique à l’automne 2014.

Voila donc, à quoi sert ce projet « EINSTEIN@home ». Si l’aventure vous intéresse et que vous souhaitez prendre part, il vous suffit de télécharger le fichier d’installation pour windows 64bits, ou celui-ci pour les versions windows 32bits (faites « touche windows » + « pause » pour connaitre votre version). Les adeptes de la pomme ne sont pas oubliés puisqu’il existe également pour Mac OS 10.4 un petit fichier à télécharger et à installer.

Un tutoriel est disponible directement en français sur le site de l’Alliance Francophone – site dédié au calcul distribué via BOINC.

Vous y trouverez également une page explicative sur le principe de EINSTEIN@home.

 

 

Par hal9000, il y a

Retour sur un phenomene rare….à l’echelle humaine

Il y a un peu moins de 2 ans Venus nous gratifiait d’un passage entre nous et le soleil presque sur le plan l’écliptique.

Petit rappel: le cycle du transit de Venus se répète tous les 243 ans avec des séquences définies par périodes paires de 8 ans espacées par 2 grandes périodes de 121,5 et 105,5 années….bon je vous sens perdu, en détail cela donne un 1er transit puis un 2nd 8 ans plus tard, un 3 eme 121,5 ans plus tard, le 4 eme 8 ans après, le 5 eme 105,5 années plus loin etc. 8-121,5-8-105,5-8-121,5- etc….

Nous Hommes, avons eu la chance par 2 fois au XXeme siècle de voir ce transit en 2004 et le dernier en 2012. C’est pour cette raison que dans notre vie d’homme nous ne pourrons plus revoir ce phénomène d’ici 2117.

Je vous propose donc de revoir ce phénomène avec une vidéo en haute définition, en gardant a l’esprit que les protubérances en arrière plan sont a environ 100 millions de km et que venus est jumelle de la Terre en taille!

Encelade est vivant !!

Europe n’est plus seule, le satellite de Jupiter qui était jusque là le seul en théorie à la candidature de la « vie extraterrestre » vient d’avoir un petit frère avec Encelade.

Tout comme Io et Europe, Encelade subit également les forts effets de force gravitationnelle de Saturne. Alors que Cassini (la sonde) nous a révélé la présence de geysers de glace il y a quelques années, c’est maintenant au tour d’une équipe de scientifique de faire des révélations.

Encelade_geysers_contre_jours

Voici ce que rapporte l’article de Futura-science:

« Une équipe emmenée par Luciano Iess (université La Sapienza de Rome) a entrepris de décrire la structure interne de cette lune entièrement recouverte de glace (la température extérieure est en moyenne de -200 °C). Voici ce qu’ils ont observé : « les mesures de Cassini ont montré une anomalie de gravité négative au pôle sud, qui n’est cependant pas aussi grand que la profonde dépression détectée par la caméra à bord », résume le professeur Iess, qui vient de publier les résultats des recherches de son équipe dans la revue Science« La conclusion est qu’il doit y avoir un matériau plus dense en profondeur qui compense la masse manquante : très probablement de l’eau liquide, laquelle est 7 % plus dense que la glace. » Il affirme que « l’ampleur de l’anomalie nous a donné la taille du réservoir d’eau ». Leur enquête a permis de déduire qu’un océan (ou un lac) occupe cette région polaire sous une épaisseur de glace de 30 à 40 km. Sa profondeur atteindrait 10 km.

Encelade_decoupe

À l’instar de Jupiter avec Europe (3.120 km de diamètre), la forte attraction gravitationnelle de la géante Saturne sur Encelade est sans doute à l’origine de cette poche d’eau liquide aussi vaste que le lac Supérieur. Les forces de marée malaxent et chauffent son noyau, de sorte que l’eau est durablement maintenue à l’état liquide. Bien entendu, cela offre de précieux réservoirs à d’éventuelles formes de vie (microbienne ou autre), un abri — ou un havre où y prospérer — de plus, encore inconnus voici dix ans. « La matière éjectée du pôle sud d’Encelade contient de l’eau salée et des molécules organiques, ingrédients chimiques de base de la vie », nous rappelle Linda Spilker, chercheuse au JPL pour la mission Cassini. Ainsi, « leur découverte étend notre vision des « zones habitables » à l’intérieur de notre Système solaire et des systèmes planétaires d’autres étoiles ». La quête ne fait que commencer. »

Notre système solaire est décidément plein de surprise, alors que Curiosity semble tordre définitivement le cou à la vie martienne (même cellulaire) c’est sur Europe et maintenant Encelade que ce tournent les espoirs.

A suivre.

1er Prix pour une sphère armillaire, la mécanique céleste plébiscitée

la S.A.T. vit en ce moment une période valorisante de par ses activités qui commencent à montrer de sérieux résultats. C’est déjà le cas actuellement avec notre ami et membre Patrick de Luca qui vient de participer à l’élaboration d’un article traitant de la géologie martienne dans le dernier numéro de « Astronomie Magazine ». Patrick de Luca qui est d’ailleurs à l’affiche des Nuits Astronomique de Touraine.

[ezcol_1half]Mais là n’est pas le sujet de cet article. Portons notre regard sur le 52eme Salon du Ripault où se tient depuis le 30 Mars jusqu’au 6 Avril, une exposition réunissant des artistes de divers horizons. Vous pourrez retrouver à cette exposition Michel Doucet, membre de le S.A.T. depuis de nombreuses années, membre émérite ayant très largement contribué à forger l’image actuelle de la S.A.T.[/ezcol_1half] [ezcol_1half_end]salon_ripault_2014_01[/ezcol_1half_end]

 

Michel a de nouveau frappé fort cette année en exposant à l’occasion de ce salon une oeuvre d’art scientifique – c’est un concept dont lui seul a le secret – qui a déjà ravi tous les visiteurs ce week-end. Il ne s’est d’ailleurs pas contenté de bluffer le public avec sa création car le jury du salon lui a aussi décerné le 1er prix. Amplement mérité, ce prix récompense 3 années d’élaborations, de calculs, de longues soirées, d’ajustements, faits à la fois de petites victoires mais aussi de périodes de réflexions sur ce qui semblaient sur le moment être des obstacles.

sphère_armillaire_Doucet_M

 

Petit rappel, qu’est-ce qu’une sphère armillaire? Une sphère armillaire, qui porte également le nom d’astrolabe est un outil scientifique et pédagogique avant d’être une oeuvre d’art, mais comme on peut le constater cela est nullement incompatible. Cet outil a donc pour fonction première d’expliquer la mécanique des mouvements apparents du soleil dans le ciel à n’importe quel moment de l’année et petit plus sur la sphère de l’ami Michel, n’importe où sur Terre. Plus largement, cela apporte également des explications sur la mécanique céleste tout au long de l’année. Une sphère armillaire est un outil d’une puissance insoupçonnable, on peut ainsi partir de n’importe quelle question et en déduire toute une réaction en chaîne des comportements du ciel céleste. Par exemple, vous souhaitez savoir dans quelle direction le soleil se lève à Moscou en décembre (soleil qui ne se lève pas rigoureusement tout le temps à l’Est contrairement aux croyances populaires), vous pourrez en déduire le temps d’ensoleillement, la durée des nuits, son élévation maximum, les constellations observables à cette époque de l’année etc. A l’inverse, vous voulez savoir combien de temps dure l’ensoleillement des pays se trouvant sur l’équateur en Juillet ou sur un tropique, vous pourrez en déduire toute une succession d’informations, sur la trajectoire du soleil, la position des pôles, celle des constellations du zodiaque, vous pourrez même apprendre que pour certains terriens le soleil se trouve au Nord quand il est midi chez eux, ou que dans d’autres pays le soleil se retrouve 2 fois par an pile à la verticale au dessus de leurs têtes, les termes équinoxe et solstice prennent grâce à cette sphère une explication limpide. Comme vous le voyez, cet instrument vieux d’environ 2500 ans est un outil fournissant une richesse insoupçonnée d’information, le plus incroyable dans tout çà c’est que la sphère ne se trompe jamais, c’est en quelque sorte une « sphère de vérité ».

sphere_armillaire_demonstration

Bravo encore Michel ton prix et le succès que tu rencontres sont amplement mérités, ta réalisation enchante les visiteurs et nous émerveille.

Vous pouvez rencontrer Michel qui sera tous les soirs vers 17h au salon d’exposition. Pour ceux qui ne pourront s’y rendre pendant l’ouverture, sachez que Michel intervient dans le cadre des Nuits Astronomiques de Touraine avec sa sphère. Il sera egalement présent au salon des jeunes inventeurs de Monts du 31 Mai au 1er Juin.

Pour finir, sachez que vous pouvez télécharger librement dans notre section téléchargement (accès aux inscrits et aux membres) une petite animation 3D reprenant tres succinctement le principe de l’astrolabe et ne simule que la course du soleil (et accessoirement la Lune) , vous devrez également installer le module « adobe air » pour lancer l’application. Cependant, rien ne vaut la mécanique céleste expliquée sur une sphère armillaire, je vous invite donc très fortement a rencontrer Michel et son incroyable création.

Gravity

http://www.revistainternet.com.br/wp-content/uploads/2013/12/gravity-banner.jpg

 

Film à grand spectacle, sensations fortes assurées. Le film brille par ses effets spéciaux incroyables, mais ce n’est pas tout puisque le réalisateur a aussi voulu respecter et reproduire au mieux tous les phénomènes physiques que l’on peut trouver en apesanteur et dans le vide, ainsi l’absence de bruit, la sensation d’isolement, mais aussi les incroyables chocs et explosions qui surviennent dans le film donnent à l’ensemble un esthétisme rarement vu au cinéma sur le sujet. On regrettera simplement certains oublis ou petites erreurs – extrêmement minimes – que les regards experts ne manqueront pas d’identifier comme par exemple le fait que les cheveux de Sandra Bullock ne « flottent » pas comme ils sont supposés le faire en état d’apesanteur. L’actrice qui par ailleurs brille véritablement dans son rôle d’astronaute en perdition et qui nous offre quelques magnifiques moments d’une plastique envoutante, reléguant le pauvre George Clooney au statut de second rôle.

http://media.melty.fr/article-1840820-ajust_930/gravity.jpg

Le film prend littéralement aux tripes et on souffre sans problème avec nos naufragés du vide, on se surprend même à être pris au jeu et à penser assez haut « dépêche toi, dépêche toi! » tout en étant cramponné aux bras de notre fauteuil. Vous cherchiez un simulateur? en voici un et celui-là remue fortement!

Sortie DVD le 26 Février 2014.

 

Note artistique: 4/5

Note scientifique: 4/5

Bande annonce:

Curiosity 3D

Si l’odyssée du rover curiosity vous passionne, il est possible a partir de votre navigateur de reproduire en 3D (apres l’installation d’un petit plugin: unity) tout le parcours réalisé depuis que le module a posé ses roues sur le sol martien, en suivant ce lien.