FRIPON & Vigie-Ciel

Fripon : l’histoire et origine du programme.

L’observation nocturne était plus développée au XIXème siècle qu’au XXème siècle en raison en particulier de la désertification des campagnes et de la pollution lumineuse dans les villes, de fait les regards se sont peu à peu détournés du ciel nocturne.

Pour contrecarrer cette tendance une centaine de caméras automatiques enregistrent en continu des images du ciel sur 360°.

Elles ont été installées en France et dans les pays voisins. L’une d’elles est installée sur le toit de notre observatoire à Tauxigny ; elle envoie une image à peu près toutes les quinze minutes environ.

Que signifie FRIPON ?

F.R.I.P.O.N : Fireball Recovery and Inter-Planetary Observation Network

Il s’agit d’un réseau (network) de détection et d’observation des objets extraterrestres
(inter-planetary observation) comme les météores et bolides par exemple (fireball) qui pénètrent dans l’atmosphère terrestre. Ce tramage de caméras est destiné à déterminer leurs trajectoires dans le but de les retrouver au sol (recovery) afin de les étudier, découvrir leur origine (astéroïde parent) dans le système solaire et d’en connaitre un peu plus sur nos propres origines.

Qu’arrive-t-il après détection par les caméras FRIPON.

Grace au principe de triangulation (3 caméras FRIPON au minimum), il est possible de déterminer la trajectoire d’un météoroïde, avec la radio astronomie il est même possible d’en déterminer la vitesse. Plus les informations seront nombreuses et précises, plus la récupération de la météorite sera facilitée.

A une altitude située entre 100 et 20 km le météoroïde subit un très fort ralentissement dû à l’atmosphère terrestre. Ceci se manifeste par une très forte élévation de la température de l’atmosphère sur son passage qui se met alors à briller. Pour finir le météoroïde passe dans un phase dite de “vol sombre”. Il est alors chahuté selon sa masse au gré des vents.

Schéma d’un météoroïde pénétrant l’atmosphère terrestre.

Le plus difficile commence car il va falloir définir une zone de recherche. Une fois cette zone délimitée sur une carte, il faut organiser la battue pour la récolte de la ou des météorites, c’est à ce moment-là qu’intervient Vigie-Ciel .

Vigie-Ciel : la science participative

La Société Astronomique de Touraine participe à la recherche de météorites tombées en région Centre – Val de Loire dans le cadre du programme de sciences participatives Vigie-Ciel porté par le Muséum National d’Histoire Naturelle dont elle est le relais régional.

C’est là que vous intervenez directement !

Vigie-Ciel fait partie du programme national de sciences participatives “65 millions d’observateurs ” lancé par le Muséum National d’Histoire Naturelle en 2015.

Vigie-Ciel Centre-Val de Loire propose :

  • De vous aider à témoigner lors de l’observation directe de météores (bolides) dus à la rentrée atmosphérique de corps extraterrestres ;
  • De vous former à la reconnaissance des cratères d’impact et à la récolte des météorites en suivant un stage de sensibilisation (GRATUIT) proposé par des spécialistes des météorites ;
  • D’organiser des battues (inscription) pour la recherche de météorite(s) tombée(s) dans notre région .

Enfin sachez qu’une météorite extraterrestre N’EST PAS RADIOACTIVE !!!!

retour menu.