Société Astronomique de Touraine: Chronologie 1973-2015

Couverture-Validee-CA

LA SOCIETE ASTRONOMIQUE DE TOURAINE (SAT)

Propose à ses membres (actuels et historiques) et à leurs amis

CHRONOLOGIE

Ou l’histoire de la SAT de 1973 à nos jours.

Un document de 248 pages et 560 illustrations

 25€ (prix coûtant).

Quand un membre de la SAT s’est étonné en février 2015, en apprenant qu’il y a eu un autre observatoire (Crotelles) avant celui de Tauxigny et que le club a vécu l’essentiel de son existence au Beffroi (Tours-nord) depuis 1973, il y avait de quoi entreprendre une action de communication interne (et externe) pour raconter, conserver et pérenniser l’histoire de la SAT.

Michel Derouet a aussitôt relevé le défi en coordonnant cet ouvrage collectif (*) sur la chronologie des événements qui ont cimenté la SAT et ses membres.

L’objectif initial était de produire un document d’une cinquantaine de pages. Au bout de dix mois et après plus de 900 mails échangés et des centaines de documents rassemblés, Michel Derouet nous présente aujourd’hui un document de 248 pages A4 et 560 illustrations. Il sera vendu, à prix coutant (imprimeur), 25€ l’exemplaire.

Merci de le réserver dès maintenant si tu veux en disposer lors de sa première (et peut-être unique) publication. En voici un petit extrait.

(*) Les sources et acteurs de l’ouvrage collectif 

  • Les notes personnelles de Michel Derouet,
  • Le cahier rouge du Beffroi,
  • Les coupures de presse,
  • Les 2800 pages d’Astronomie en Touraine et CentreOuest (ATCO),
  • La mémoire et les archives des “historiques” (Gino Farroni, Lionel Tardif, Jean Harter, Philippe Rigault, Joël Guignard, Daniel Deneuchatel, Patrick Bouton),
  • Les souvenirs communs des vieux complices “régionaux” (Robert Bottard, François Pineau, Pierre-Jean Mercier, Maurice Audejean, Patrice Guérin, Pascal Jouanneau, Daniel Lachaud, Guy Dubreuil),
  • Les “journaux” de la SAT, papier et numériques,
  • Les 65 kg d’archives administratives,
  • Les acteurs passés par Tauxigny ces quinze dernières années,
  • Les membres de la SAT “contemporaine”,
  • l’ADEVE et la “Contemplation” ,
  • Claudette Oligo qui raconte l’histoire vue des institutions municipales et communautaires,
  • Et bien sûr, notre regretté Christian Juin qui, s’il n’a pu directement participer à l’ouvrage, aurait été heureux  de  voir aboutir ce projet.

 

ATTENTION: réservation dans la limite des stocks disponibles:

(formulaire 'chrono' non trouvé)

Veuillez faire parvenir votre règlement par chèque uniquement, à l’observatoire libellé à l’ordre de la  » Soiété Astronomique de Touraine »:

Société Astronomique de Touraine,
le Ligoret,
37310, Tauxigny

Projet FRIPON: le ciel de Tauxigny (37) est en ligne

Depuis le Mercredi 23 Décembre 2015 le ciel de Touraine est sous haute surveillance. Il sera désormais presque impossible à un météore de pénétrer le ciel de Touraine sans être immédiatement repéré.

Petit rappel, c’est quoi le projet FRIPON? c’est avant tout un acronyme pour  » Fireball Recovery and Interplanetary Observation Network « . Comme son nom l’indique donc précisément il s’agit d’observer le ciel dans le but d’identifier un météore et d’en déterminer avec la meilleure précision possible le point de chute – et qui devient donc une météorite – en tenant compte de la météo comme la force des vents par exemple. L’objectif final étant d’étudier ces « debris » que les astéroïdes et autres comètes sèment après leurs passages et qui sont attirés par la Terre lorsque leurs trajectoires se croisent. Toutes ces informations viendront ensuite alimenter une base de données qui nous permettra dans l’avenir de mieux comprendre ces corps qui demeurent encore pour le moment si étranges mais qui existent pourtant depuis l’origine du système solaire.

La S.A.T. a donc pris part à ce fabuleux projet en installant depuis le mois de Juin 2015 le matériel nécessaire à cette aventure, tout d’abord un mât pour recevoir la camera, puis la caméra elle-même qui possède une lentille « fish-eye » haute résolution capable d’observer a 360°, et tres sensible aux faibles lueurs. Une page permanente sera d’ailleurs très prochainement créée sur notre site internet pour permettre à tous de profiter du ciel nocturne de Tauxigny.

C’est donc en ce mercredi que les câblages ont été finalisés afin que la communication soit établie entre la caméra, le PC-client S.A.T. et le serveur FRIPON à Paris. Comme le montre la capture d’ecran, le système est « UP » depuis le  23/12/2015@15:15 CET.

Coupe d’hiver pour l’observatoire de Tauxigny

Ce dimanche a été mis à profit afin de nettoyer les abords de l’observatoire, une petite équipe de la S.A.T. composée de 3 membres sont venus prêter mains fortes à l’ADEVE afin de faciliter la circulation dans les passages et chemins aux alentours. Entre autres activités voici ce qui à été réalisé:

  • élargissement du passage entre le parking visiteurs et l’observatoire.
  • débroussaillage des massifs aux alentours de l’observatoire.
  • amélioration de la visibilité des passages piétons et parking voiture de l’observatoire.
  • Réparation du systeme de pointage d’un Dobson 300mm « intelliview ».

Vous trouverez ci-dessous quelques clichés de cette journée.

DSC_7885

Les météores d’Auriane, un vrai régal.

Vendredi dernier, dans la salle Senghor du lycée Descartes, c’est tenue la conférence sur les météores assurée par Auriane EGAL doctorante à l’IMCCE dont le sujet de thèse porte sur la détermination des corps parents de ces fameux météores.

Auriane Egal nous a donné des explications  sur les origines des phénomènes lumineux dans l’atmosphère terrestre, plus particulièrement ceux  provoqués par ces petits objets y entrant à très grande vitesse,  ce sont, dans le langage populaire, les « étoiles filantes ». Nous avons donc pu découvrir comment ses phénomènes apparaissaient, ce qui provoquait leur luminescence, nous avons pu comprendre quel était le parcours compliqué de ces poussières issues des comètes et pourquoi la Terre traversait régulièrement ces « essaims » d’étoiles filantes. Nous avons ainsi pu approfondir la nature de ces corps, leur composition,  leur comportement dans l’atmosphère terrestre et les caractéristiques de ceux qui atteignent le sol.

A. EGAL  en a profité pour parler des programmes actuels qui permettent d’étudier ces objets célestes , et notamment du projet FRIPON qui consiste en un réseau national de surveillance du ciel qui grâce à des caméras et des méthodes de triangulation, permet, après beaucoup de calculs, de remonter aux trajectoires de ces corps mystérieux que sont les étoiles filantes. La Touraine s’est équipée d’une de ces caméras et le site retenu  pour sa mise en service est l’observatoire de Tauxigny, il sera donc possible prochainement d’observer le ciel de Touraine depuis son ordinateur, en se rendant sur le site de l’IMCCE (adresse internet à venir). L’objectif est l’organisation de battues pour retrouver ces météorites après détermination du point d’impact calculé. Les scientifiques  pourront alors  analyser ces météorites et  remonter aux caractéristiques du corps parent dont l’identité sera peut-être déterminée dans le cadre des méthodes développées par la thèse d’Auriane EGAL.

Le public s’était déplacé en nombre pour assister à cette conférence organisée par la SAT  grâce à la précieuse participation de Centre-Sciences (CCSTI). Nous avons pu entendre les dernières nouveautés et informations en matières de météorites, le tout fut assuré par une conférencière au discours clair, à la portée de chacun. En fin de séance A. EGAL a pris le temps  de répondre avec un grand plaisir à toutes les questions et interrogations qu’un sujet comme celui-ci peut soulever.

La Société Astronomique de Touraine remercie Centre Sciences, le lycée Descartes, l’IMCCE et Auriane EGAL pour cette conférence très riche d’enseignements. Nous donnons évidement rendez-vous au public l’année prochaine pour l’édition 2016 de la fête de la science.

 

Hommage à Christian Juin

Christian_Banniere
Hommage à Christian JUIN

 

C’est à la rentrée d’automne, le mardi 7 novembre 1978, que reprennent les activités du club astro au Beffroi (crée en 1973) à Tours-Nord avec, comme animateurs Michel et Jean Harter et de nouveaux arrivants parmi lesquels Daniel Deneuchatel, Michel Derouet et Christian Juin.

Très vite, en janvier 1979, Christian s’implique dans la construction de l’observatoire de Crotelles. En juin 1981, il entreprend la construction de son télescope Cassegrain de 320 mm qui deviendra ensuite le télescope du club, installé sous la coupole à Crotelles.

En 1983, il participe au traditionnel rassemblement de Pentecôte chez Pierre Bourge qui fut un grand vulgarisateur de l’astronomie en France. De cette rencontre naîtra entre les deux hommes une longue amitié et le partage de nombreux moments astronomiques.

En janvier 1993, il est l’un des artisans de la transformation du club en Société Astronomique de Tours afin d’avoir une liberté d’action par rapport au Beffroi et il en devient le secrétaire.  Il est convaincu qu’un déménagement de l’observatoire vers des contrées sans pollution lumineuse s’impose et, cinq ans plus tard, lors du choix de Tauxigny, il saura convaincre les élus de notre projet et sera le maître d’oeuvre de l’installation de l’observatoire.

Président de la SAT pendant 15 ans, il travaille inlassablement au développement et à la vulgarisation de l’astronomie vers les scolaires et le grand public avec la création d’un emploi d’animateur scientifique en 1999. Il oeuvre aussi pour recourir au partenariat avec des entreprises, ce qui permit, entre autres, d’installer en 2008 deux chemins de randonnée dédiés au système solaire et à l’univers. Enfin, en 2010, la construction d’un planétarium et l’aménagement du moulin de Ligoret par les instances communautaires, départementales et régionales viennent couronner le travail et l’enthousiasme de Christian après de longues années d’effort dédiées à l’astronomie.

En 2013, fatigué, il abandonne la présidence de la SAT et  devient président d’honneur d’une association qui grâce à son action est maintenant solide, dynamique et reconnue par l’ensemble des adhérents, du public et des partenaires institutionnels. Christian nous a quittés le mardi 9 Juin 2015.

Avis_obseques_CJuin_NR_13062015

 » MESSIEURS,
Il y a dans le monde deux sortes de gloi-
res. L’une, plus éclatante, est acquise aux
hommes ambitieux qui se placèrent à la tête
des nations, et, entraînant au loin des ar-
mées de combattants, surent répandre le
sang de leurs frères, conquérir des provinces
étrangères, et établir leur puissance et leur
nom sur une base redoutable : sur la raison
du plus fort. L’autre gloire, plus modeste,
appartient aux bienfaiteurs de l’humanité
qui travaillèrent, non pour leur intérêt per-
sonnel, mais pour accroître la somme de nos
connaissances, élever l’esprit humain et l’af-
franchir. C’est de cet ordre d’hommes que je
désire vous entretenir aujourd’hui.[…]

  […]Nous n’avons pu
faire comparaître toutes nos gloires et nous
avons salué seulement les plus exemplaires,
au point de vue du principe de ce discours :
l’éducation de soi-même par la volonté et le
courage. Ce sont là, Messieurs, les héros du
travail que notre cœur autant que notre es-
prit peut suivre sur l’aride sentier du pro-
grès. Nous aimons à inscrire ces noms glo-
rieux sur les étendards de l’armée intellec-
tuelle; ils sont pour nous autant de sujets
d’émulation et de hon exemple. S’il ne nous
est pas donné d’imiter leur génie, imitons
du moins leur conduite. Nous avons chacun
notre rôle; celui-là plus éclatant, celui-ci
plus modeste ; mais l’un et l’autre utiles dans
l’ensemble. Peu importent l’éclat et la re-
nommée: l’esprit généreux n’aspire pas au
tourbillon de fumée d’une gloire passagère.
Il ne donne même pas un trop avide désir à
l’immortalité de son nom : la grande, l’uni-
que ambition est de servir en quelque chose
au progrès de notre temps et à la gloire de
l’avenir ; il n’y a de durable que les vérités
fécondes et les œuvres utiles que nous lais-
sons après nous. Rendons-nous dignes de
servir ainsi la grande cause de l’humanité ;
lorsque notre front fatigué de pensées s’in-
clinera sous le poids de la vieillesse ; lorsque
nos yeux, portes closes de notre âme, se cou-
vriront du dernier voile; lorsque notre pa-
role éteinte ne portera plus à nos frères les
palpitations de notre pensée, et lorsque notre
corps affaibli s’endormira du dernier som-
meil; le plus beau témoignage que l’on
pourra rendre de notre séjour sur la terre
sera encore ces simples paroles :
« Il a passé en faisant le bien. »   « 

Camille Flammarion – « Les Heros du travail » – 1867.

Rosetta-Philae, une page de l’Histoire et une incroyable épopée

J+3. L’effet « Philea » est retombé. 3 jours après cet événement d’une ampleur sans précédent depuis des années (des décennies?) dans l’histoire de la conquête spatiale que faut-il retenir de tout cela alors qu’au moment ou nous lisons ces lignes ce « petit » robot semble s’être endormi?

Assurément la conquête spatiale vient de franchir un pas, un de plus après Neil Armstrong sur la Lune, Les sondes Vénéra sur Venus, Huygens sur Titan et les rovers de Mars. Il faut bien se rendre compte que cette fois-ci la barre était haute et même « très » haute, imaginez qu’une équipe de fous munie d’un canon à Los Angeles doit viser, atteindre et mettre en orbite un petit pois autour d’une voiture qui se déplace à 18km/s à New York ; imaginez ensuite qu’une autre équipe toute aussi folle doit relever le challenge de faire atterrir une plume sur l’aile d’un 747 en plein vol en s’aidant simplement de la gravité de l’avion et de 2 petites aiguilles !

Ce sont pourtant les 2 prouesses qui ont été relevées l’une le 6 Août 2014 quand Rosetta s’est mise en orbite autour de la comète, et dans un deuxième temps ce fameux 12 novembre 2014 qui est maintenant une date historique, lorsque pour la première fois de l’histoire, l’Homme a posé un engin à la surface d’une comète. Pensez qu’il n’y a que 100 ans (en 1914) nous savions à peine faire voler des avions. Quelle avancée technologique! quel bond en avant pour le bien universel. Évidement cela ne résout en rien les conflits dans le monde ou la misère, mais cet événement a le mérite d’exister, et de nous prouver à nous même que l’Homme est capable d’accomplir de grandes, voire même de très grandes choses, et dans la période économique difficile que nous traversons tous, c’est un formidable message d’espoir envoyé pour l’avenir.

12 Novembre 2014 à 17h04, la date est maintenant historique, et après un acometissage (terme consacré par la presse spécialisée) l’ESA envoie ce message sur twitter de la part de Philae: « Touchdown! My new address: 67P! » (Contact! ma nouvelle adresse: 67P!). Mais nous le savons maintenant les choses ne se sont pas tout à fait déroulées comme prévues. Les 2 harpons sensés « agripper » Philae à la surface de la comète n’ont pas fonctionné, la capsule de gaz à froid qui devait aider à « plaquer » le module à la surface ne s’est pas déclenchée, et pour finir en conséquence de cela le module à finalement rebondi. Mais le hasard faisant bien les choses et d’après les explications des scientifiques il est apparu que « la chute » de Philae ait été en grande partie absorbée par la surface très molle de la comète (comme un poids amorti par un matelas en mousse) ne faisant finalement rebondir le petit robot que très légèrement lui laissant une seconde chance de se poser un peu plus loin.

Et c’est ce qui s’est passé, une attente interminable pour la communauté scientifique avant d’avoir la certitude qu’au final Philae s’est correctement stabilisé à la surface. Malheureusement Philae n’a pas atterri à l’endroit escompté et les conséquences sont réelles: non seulement l’orientation du module ne lui permettra pas d’optimiser son taux d’ensoleillement- de 6h prévu initialement, 1h30 en réalité maintenant- afin de recharger ses piles, mais cet arrimage délicat rend toutes les analyses prévues périlleuses, et surtout les forages capables d’éjecter le module dans l’espace (Philae ne pèse guerre plus d’un gramme sur la comète, contre 100 kg sur Terre).

Mais le bilan est plutôt positif puisque Philae a finalement pu accomplir 80% des analyses prévues (source ESA) et nous a fait parvenir des photos de la surface d’une comète d’une valeur inestimable. A l’heure actuelle (samedi 15 novembre – 9h00) il semble que Philae soit entrée dans une phase de sommeil puisque sa pile principale s’est épuisée. Mais tout espoir n’est pas perdu de reprendre contact avec lui, les scientifiques pensent même pouvoir reprendre le cours des analyses l’été prochain lorsque la comète croisera le soleil au plus près, fournissant ainsi plus d’énergie à Philae.

A l’heure actuelle nous attendons encore le résultat des analyses qui ont pu aller à terme et transmis à Rosetta, et quels que soient ces résultats, la mission Rosetta-Philae aura eu au moins le mérite d’attirer tous les regards sur Terre, d’effacer le temps d’un moment toutes nos différences, partager avec nous une part de rêve, nous tenir en halène dans une aventure digne des plus grands scénarios (ou scénarii) hollywoodiens qui a commencé il y a plus de 20 ans (en 1993). Alors vous je ne sais pas, mais en ce qui me concerne j’en reprendrais bien encore un peu!

Merci à Rosetta.

Merci à Philae.

Un très grand merci à ces femmes et ses hommes, techniciens, scientifiques, à ceux qui travaillent dans l’ombre à l’ESA ou au CNES et ailleurs, qui ont su une fois de plus être au rendez-vous des grands défis de l’histoire de l’Homme. Grace à eux, nous avons pu toucher du bout des doigts leur succès et au moins le partager et le vivre tous ensemble.

 

L’aventure Rosetta-Philae en images et Vidéos

 



Moment historique à la SAT:

 

 

Une session de formation PIXINSIGHT à la SAT

Samedi 4 octobre, c’est déroulée à l’observatoire une formation sur le logiciel PIXINSIGHT. Durant 3 heures, Pierre LE CAM (membre de l’AIP), qui utilise ce logiciel depuis plusieurs années, nous à montré les possibilités quasi infinies de ce soft.
PIXINSIGHT est un logiciel vraiment spécialisé dans traitement d’image, il ne peut pas être utilisé pour les acquisitions. Il est aujourd’hui, devenu LA référence dans la communauté internationale des astro-photographes. En France, ce logiciel est de plus en plus employé notamment grâce aux efforts fournis par l’association AIP (Astro Imaging Processing). A noter qu’à ce jour, 2 des membres de la SAT, ont adhéré à cette association et à n’en pas douter, d’autres vont s’y inscrire rapidement.
Cette association, à l’initiative de Nicolas OUTTERS, un des grands spécialistes de l’astro-photo en France organise de nombreux stages de formation entre autre sur ce logiciel. PIXINSIGHT est un logiciel développé spécifiquement pour l’astronomie qui tend à remplacer petit à petit PHOTOSHOP qui était très utilisé jusqu’à maintenant.
Après un passage en revue des différentes options du logiciel et de sa philosophie d’utilisation qui déroute un peu au début, Pierre nous a fait une démonstration en « live » du traitement d’une image. Le résultat est spectaculaire!
Beaucoup de questions dans notre petite assemblée en particulier sur l’intérêt de PIXINSIGHT par rapport à ses concurrents actuels du marché (payants ou gratuits).
Rendez-vous est pris pour rentrer un peu plus dans le logiciel en commençant par l’étape indispensable du pré-traitement.
L’assemblée, pas très nombreuse malheureusement n’a cependant pas regretté le déplacement!
JM LEBOS
modéré par: Xavier

Mise en station des deux coupoles

Mise en station : résultats
Je vous ai fait part d’une première séance de mise en station sur les montures des deux coupoles. La première séance a été complétée le vendredi suivant d’une deuxième séance qui a donné des résultats tout à fait intéressants. Nous avons constaté une absence de dérive nord-sud sur des durées de plusieurs dizaines de minutes voire plus. Mais pour faire éventuellement mieux, nous nous sommes heurtés aux limites du système de réglage, notamment en hauteur : grippage du chariot et jeu dans la vis de réglage. Il y a des solutions pour améliorer le système mais cela demande réflexion et dans l’état actuel des réglages nos besoins semblent satisfaits.
Nous avons pu procéder également à une première approche, assez parcellaire cependant, des erreurs périodiques de l’entraînement. Nos mesures ont porté sur une heure environ sur chaque entraînement et nous avons conclu que pour faire une vérification complète il vaudrait mieux attendre une saison où l’on peut commencer les mesures vers 18 heures et finir 3 heures et quelques plus tard. On attendra donc fin octobre et le changement d’heure pour oeuvrer. Vous trouverez ci-joint les images de graphes résultant de nos mesures. On pourra discuter de leur interprétation un de ces vendredis.
Pas de conclusions hâtives sur la turbulence sur le T406 car les mesures ont été effectuées avec un webcam qu’Astrosnap ne gérait que partiellement ; résultat les diodes associées à la webcam ne pouvaient pas être mises hors service et chauffaient de façon sensible le porte-oculaire.
Lorsque nous ferons les mesures d’erreurs périodiques nous vérifierons également si la mise en station n’a pas évolué. En effet d’ici fin octobre la pluie n’aura pas manqué de tomber et le sol de gonfler.
Michel MAGAT
Modéré par: Xavier

Fête de la science 2014

 

Fete_de_la_science_2014

Au sein des nébuleuses où elles naissent, la plupart des jeunes étoiles de type solaire sont entourées d’un vaste cocon de gaz et de poussières. Sous l’effet de l’attraction gravitationnelle et de la rotation, ce cocon finit par s’étaler en un disque de matière résiduelle autour de l’étoile. C’est dans ce disque que les planètes se forment…
En étudiant l’environnement des étoiles jeunes grâce aux techniques d’observation comme l’optique adapta- tive et l’interférométrie, ainsi que par la modélisation numérique, les astronomes affinent ce schéma global de formation des étoiles et des planètes.

Nuits des étoiles 2014: le public au rendez-vous.

nuits_etoiles_2014-afficheLes conditions étaient loin d’être toutes réunies ce samedi pour célébrer la 24ème nuit des étoiles sur le site de l’observatoire de Ligoret (Tauxigny). C’est pourtant un pic de presque  200 personnes que la S.A.T a pu enregistrer vers 21h-22h.

C’est un après-midi nuageux et pluvieux qui a débuté cette journée du 24ème festival de la nuit des étoiles, et il fallait être motivé ou très convaincu pour venir tenter sa chance à l’observatoire qui par un grâce plutôt mystérieuse, a été largement épargné par les intempéries, cependant le site a tout de même essuyé quelques petites ondées, mais visiblement sans commune mesure avec les trombes d’eau qui ont inondées le reste du département selon le témoignage de certains spectateurs stupéfaits de trouver à Ligoret des conditions « presque » estivales.

Cette année à la S.A.T. , la nuit des étoiles était placée sous le signe du « retour vers la Lune », 45 ans après le premier Homme sur la Lune (21 Juillet 1969) et les missions « Apollo », la NASA s’apprête à (re-)lancer une grande mission vers notre satellite et qui aura entre autre pour objectif d’établir un « pas de lancement » pour les missions futures vers l’exploration humaine de notre système solaire et notamment vers notre voisine Mars. C’est Daniel, membre du club, qui a donc assuré cette présentation, il s’est évertué à expliquer dans le détail tous les enjeux techniques et les aspects scientifiques des ces missions qui ne devraient pas voir le jour au mieux d’ici 2020.

Fin de la conférence vers 22h 45;  il était temps pour tous de tourner la tête vers le ciel pour voir passer vers 23h30 l’ISS (la station spatiale internationale)-et quelques nuages- point extrêmement brillant dans le ciel grâce à la colossale superficie des ses panneaux solaires. Le public était encore bien présent après la conférence pour observer le ciel à travers les différents télescopes disponibles dans la clairière de l’observatoire, on pouvait y trouver ici et là 4 dobson( 200 – 300-400 ), 1 lunette 120 et 2 schmidt-cassegrain 11 pouces,et bien sur les 2 coupoles étaient en accès libre ; les membres du club qui n’étaient pas affairés à un instrument guidaient les curieux dans le ciel à travers les étoiles, les constellations et notre voie lactée. Nous avons eu droit en fin de nuit à un ciel quasiment vierge, ce qui a permis aux derniers courageux de profiter des étoiles filantes (perséides) dont le pic d’activité aura lieu à partir du prochain week-end (9 au 14 Aout), mais dont la vision sera rendu difficile par la présence de la Lune qui sera dans ses phases pleines (ou presque) à minuit ( pleine Lune le 10 Aout), c’est d’ailleurs pour cette raison qu’en France la nuit des étoiles a été avancée d’une semaine.

La Société Astronomique de Touraine remercie tous les passionnés et les curieux (courageux) d’avoir tenté leur chance malgré une météo peu clémente. Nous espérons vivement que le spectacle et les explications étaient à la hauteur de leurs attentes. Nous donnons évidement rendez-vous au public l’année prochaine en espérant cette fois que nous pourrons profiter d’un « vrai » ciel d’été. N’oubliez pas également qu’il n’y a pas que la S.A.T. en indre-et-loire qui ouvre ses portes lors de la nuit des étoiles et tout le reste de l’année, d’autres clubs plus proche de chez vous peut-être, sauront eux aussi vous expliquer le ciel et ses merveilles et heureux de les partager avec vous. Merci et à bientôt.

 

 

Par hal9000, il y a